BLOG DECO, BOUTIQUE, LIFESTYLE

Martine Camillieri : auteure, plasticienne, scénographe.

Aujourd’hui sur le blog, nous ouvrons une nouvelle rubrique « Portrait »  avec Martine C. … pas Martine à la plage, ni Martine à la foire, ni même Martine et l’âne Cadichon (quoique !!) ;  non, je suis ravie (et même un peu « traqueuse ») de vous parler aujourd’hui de LA Martine : Martine Camillieri.
Auteure, plasticienne, scénographe dit sa bio ; oui… mais pour moi c’est plus, mieux que ça; je suis fan, groupie, presque accro !   Photo de une : @DianeRondot

Martine Camillieri, l’auteure.

J’ai d’abord découvert quelques uns de ses ouvrages à la médiathèque de notre commune (le destin a voulu que nous habitions la même ville depuis des années), puis avec mes enfants nous avons dévoré tous ses livres ! de vrais régals.

« Jouets détournés » … quand les anciens jouets futiles se transforment en objets utiles et régressifs  !

« Les très petits cochons » … avec les cocasses Jambon, Rillette et Lardon !

…  « Les petits riens and nothing more » où l’on découvre un quotidien joliment réinventé …

Martine Camillieri, la plasticienne.

Il y a aussi eu l’expo à la Maison des Arts de Malakoff qui nous a fait découvrir la série des temples et autels que j’adore, y compris leurs noms si évocateurs : Alerte orange au milieu du bassin (dans lequel ma cadette a glissé), Eau précieuse, et ici Bollyfood et Food 50354 …

 

Certes, tout le travail de Martine vise à signifier qu’on consomme trop, mal, vite, mais comme la pédagogie devient aisée avec de tels supports !

Le bidon qui devient pièce d’un magnifique autel … « Ecologic Plastic 27 ».

… ou qui, flanqué de bouchons, se change en drôle d’engin motorisé ! « Camions Bidons ».

On est à sept lieues des lourdeurs d’un discours moralisateur, parce que Martine est une fée, elle use de pouvoirs magiques c’est sûr, et elle a toujours son oeil qui « frise » ; ce qui est toujours plus poilant, éloquent et efficace, particulièrement auprès des enfants … mais aussi des adultes !

Martine Camillieri, la scénographe.

J’ai aussi découvert plus tard ses scénographies en allant chez Bonton (c’était l’époque où j’avais encore quelques prises sur l’apparence extérieure de ma progéniture!) pour le lancement des Très Petits cochons, fessus et facétieux, dont nous n’avons fait que quelques bouchées …

« Happy Food ».

Martine travaille dans le monde entier et pour de grandes marques comme ici avec la scénographie « Kmion pour Agnès B », avec Elodie Campo.

Et last but not least, Martine Camillieri, fée de la déco !

Mais avec Rogé, on est aussi très fans des objets déco que Martine créée et que l’on a découverts lorsqu’elle nous a reçues chez elle ! Comme ses dernières-nées « les Dagoba », lampes à poser, imaginées et réalisées comme toutes les créations de Martine avec des objets de récupération. On est super fan !

Martine Camillieri chez elle, photographiée par Hisashi tokuyoshi des éditions Paume.

En l’occurrence, les Dagoba sont créées avec les globes kitchs des luminaires de notre jeunesse, qu’on peine à reconnaître, tant ils ont changé d’univers !  On adore les formes généreuses de ces lampes et leurs couleurs acidulées et bien sûr leur côté « pièces uniques ».

Ce qui nous plaît énormément dans les créations de Martine, c’est la transformation d’un objet qui a déjà une vie (ou plusieurs) et qui ne paie pas de mine, qui viendrait de chez Emmaüs, d’un vide-grenier, … en un autre, différent, plus drôle et plus beau. Comme ces lampes dînettes  …

Et puis bien sûr, tout le talent de Martine Camillieri s’exprime aussi dans sa maison qui regorge de trouvailles et d’objets en tous genres, de ses créations et aussi de celles de ses amis. Ici dans la cuisine, on aime particulièrement la fresque de la fillette au ballon de Françoise Pétrovitch  et le lampadaire dînette. Photos Côté Maison.

On aime aussi beaucoup la collection de bouteilles venues du Portugal, recouvertes de scoubidou aux couleurs punchies..

Martine nous a reçues chez elle et cela n’a fait que renforcer mon idolâtrie ! Nous avons adoré sa maison et aussi son bureau-atelier mi-high-tech, mi-coffre à jouets.

Nous avons bu son café, ses paroles, un peu ironisé sur le mauvais goût que nous partageons et le goût des autres… Et c’était tellement bien. Merci !

Dans son dernier numéro, le magazine Côté Paris consacre un article à Martine Camillieri « Rien ne se perd, tout se transforme », que nous vous recommandons et dans lequel vous pourrez découvrir davantage de photos de sa maison et de son travail.

Retrouvez toutes les créations de Martine Camillieri sur son site : ici.

Vous pouvez aussi vous procurer (on vous les recommande chaudement) les ouvrages que nous avons cités en cliquant sur les liens : Ouvrage « jouets détournés » à la Fnac. ; Ouvrage « Petits riens et nothing more » aux éditions de l’Epure.

Partagez ce post



    • Oui je suis bien d’accord … sur tout. Virginie connaissait bien son travail. moi beaucoup moins et je suis devenue fan <3
      Merci pour le commentaire 🙂
      Sophie et Virginie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *